Scalènes : douleurs et trigger points

Les scalènes sont les trois petits muscles du cou qui peuvent générer de nombreuses douleurs s’ils sont contractés ou comportent des trigger points.

Ces problèmes peuvent toutefois souvent être maîtrisés par un automassage.

1. Zones de douleur, symptômes et diagnostics différentiels

1.1 Zones de douleur

Comme vous pouvez le voir sur les images ci-dessous, les scalènes peuvent causer des douleurs dans le bras, l’avant-bras, les doigts, la poitrine et l’omoplate.

Visualisation des zones de douleur

1
2
3

1.2 Symptômes et troubles

Contrairement à de nombreuses douleurs qui peuvent se déclencher dans ces muscles, en cas de tensions, elles ne causent presque aucune limitation de mouvement.

Il se peut toutefois que vous ressentiez des picotements ou un engourdissement dans les doigts ou que vous fassiez tomber des objets involontairement.

Les scalènes peuvent en être indirectement responsables, en causant notamment un dysfonctionnement neurovasculaire, désigné le plus souvent sous le nom de syndrome du défilé thoraco-brachial.

Entre le scalène antérieur et le scalène moyen se dessinent le plexus brachial et l’artère sous-clavière qui passent sous la clavicule pour alimenter de nombreux muscles du torse et des extrémités supérieures avec leurs ramifications.

Si les scalènes antérieur et moyen sont contractés, ils tirent la 1re côte (approche de ces muscles) vers le haut et rétrécissent l’espace entre la 1re côte et la clavicule.

Cela peut ensuite mener à une compression du plexus brachial et de l’artère sous-clavière pouvant conduire à des « symptômes de défaillance » moteurs et sensoriels.

Avant d’opérer un tel syndrome canalaire, par exemple en enlevant la 1re côte, il faut vérifier si celle-ci s’abaisse à nouveau via un assouplissement des structures musculaires environnantes, surtout des scalènes, et si les troubles disparaissent.

Une telle intervention cause en effet souvent un dommage qui n’est pas comparable aux troubles initiaux.

Les douleurs, très semblables à un syndrome du défilé thoraco-brachial, peuvent également être causées par des trigger points dans…

2. Scalènes : Origine, approche et innervation

En termes simples, les scalènes s’étendent des processus transverses de la colonne cervicale aux deux premières côtes.

Origine

  • Scalène antérieur : tubercule antérieur du processus transverse de la 3e à la 6e vertèbre cervicale
  • Scalène moyen : tubercule postérieur du processus transverse de la 3e à la 7e vertèbre cervicale
  • Scalène postérieur : tubercule postérieur du processus transverse de la 5e à la 7e vertèbre cervicale

Insertion

  • Scalène antérieur & moyen : 1re côte
  • Scalène postérieur : 2e côte

Innervation

  • Ces trois muscles sont innervés par les branches du nerf spinal des segments C2 à C7.

3. Scalènes : fonction

Ces muscles ont surtout une fonction stabilisatrice du cou sur le plan frontal. Cela signifie qu’ils empêchent le « pliage » involontaire du cou sur le côté.

C’est la raison pour laquelle ils sont également en mesure d’incliner le cou sur le côté. Ils contribuent très peu à la rotation du cou.

Si les scalènes se contractent des deux côtés du cou, vous penchez alors la tête vers l’avant.

De plus, ce sont des muscles d’assistance respiratoire qui soutiennent la respiration surtout au repos.

4. Sollicitation excessive et formation de trigger points dans les scalènes

Les problèmes apparaissent dans ces muscles surtout en cas de respiration très profonde ou après des traces de violence à la tête, extrêmes et soudaines, comme lors d’un accident de voiture.

De plus, ces muscles peuvent être influencés par tout écart par rapport à une démarche naturelle, c’est-à-dire qu’une jambe « trop courte », le boitement ou toute autre chose similaire constituant un facteur déterminant de tension de ce muscle.

5. Scalènes, palpation et automassage

De tous les muscles que j’ai massés sur moi jusqu’ici, les scalènes font partie des plus exigeants, surtout dans la mesure où ils se palpent très difficilement et où l’on ne sait pas toujours clairement si l’on est sur le muscle ou non.

Vous devez seulement savoir quelle zone il faut masser ; ce que je vous montre plus bas.

Important : ces muscles parcourent une région très sensible du corps.

Si vous appuyez très fort et de manière désordonnée dans ces régions, vous pouvez vous attendre les jours suivants à un malaise ou à des vertiges.

Néanmoins, essayez calmement. Tant que vous ne le palpez pas trop énergiquement, il ne vous arrivera rien.

6.1 Palpation et automassage du scalène antérieur et du scalène moyen

Ces deux muscles sont en partie couverts par le sternocléidomastoïdien.

C’est le muscle visible sur le côté de votre cou, que vous pouvez prendre entre le pouce et l’index.

Scalène antérieur/moyen : palpation et massage

scalenus-anterior-palpation
1

Prenez ce muscle entre vos doigts et tirez-le en direction du larynx. Le scalène antérieur et le scalène moyen sont à présent libres.

scalenus-anterior-massage
2

Pour le masser, vous devez maintenant lâcher le sternocléidomastoïdien, sans qu’il revienne à sa position initiale et appuyer ensuite à l’avant ou sur le côté en direction de votre colonne vertébrale.

De cette manière, vos doigts sont sur le muscle, d’une pression à l’avant sur le scalène antérieur et sur le côté sur le scalène moyen.

  • Cherchez les points douloureux, tout en appuyant sur le muscle correspondant et massez chacun de ces points en cinq mouvements au maximum, très lents et très courts.
  • Si vous sentez une pulsation directement sous vos doigts, vous êtes alors sur l’artère sous-clavière.
  • Ça n’est pas grave du tout mais ne la massez pas.
  • Placez simplement vos doigts à nouveau, pas directement sur l’artère cette fois-ci.

Je vous remercie d’avoir lu ce texte et j’espère avoir pu vous aider.

Littérature

  • Calais-German, Blandine. Anatomy of Movement. Seattle: Eastland Press, 1993. Print
  • Davies, Clair, and Davies, Amber. The Trigger Point Workbook: Your Self-Treatment Guide For Pain Relief. Oakland: New Harbinger Publications, Inc., Print
  • Simons, David G., Lois S. Simons, and Janet G. Travell. Travell & Simons’ Myofascial Pain and Dysfunction: The Trigger Point Manual. Baltimore, MD: Williams & Wilkins, 1999. Print.
  • Schünke, Michael., Schulte, Erik, and Schumacher, Udo. Prometheus: Lernatlas der Anatomie. Stuttgart/New York: Georg Thieme Verlag, 2007. Print
  • Nix, Wilfred A. Muscles, Nerves And Pain. Berlin Heidelberg: Springer Verlag, 2012. Print